Simulation Thermique Dynamique :

Les capacités de calcul des machines informatiques permettent aujourd’hui de réaliser rapidement des calculs complexes et reproduisant fidèlement le comportement d’un bâtiment. Les outils de calcul thermique dynamique constituent donc d’excellents outils d’aide à la décision, car ils sont capables, face à un contexte donné (relevé météo, conditions d’utilisation, …) de simuler l’évolution des paramètres physiques d’un bâtiment (d’une pièce, d’un ilot). Il est donc aisé de pouvoir vérifier l’impact de différentes modification (de matériaux, de formes, d’orientation, …) sur les besoins de chauffage, de rafraichissement, d’éclairage,…

A la différence d’une étude thermique réglementaire, qui s’appuie sur des scénarios conventionnels, une Etude Thermique Dynamique va pouvoir prendre en compte des données d’entrées spécifiques au bâtiment étudié.

Les outils de Simulation Thermique Dynamique permettent également de produire des données statistiques sur l’inconfort.

 

graph_4

 

 

Analyse Environnementale – ACV (Analyse de Cycle de Vie)

L’objectif recherché n’est pas d’apporter une vision normée de l’impact environnemental du bâtiment, mais bien de procurer au Maitre d’Ouvrage des indicateurs simples mais issus de sources fiables, permettant de comparer différentes techniques constructives, et de pouvoir comparer les ordres de grandeurs des différents entrants.

A cet égard, plusieurs méthodes sont disponibles et apportent chacune un éclairage plus ou moins précis. Au sein de NETALLIA, nous avons retenu la méthode des ECO-BILANS, car elle permet de fournir rapidement des informations permettant d’orienter le programme.

Les données des éco-bilans se fondent sur les flux de matière et d’énergie propres au secteur du bâtiment (EMPA/ecoinvent), et évalués compte tenu de leur influence sur l’environnement. Cette méthode suisse a été élaborée avec la collaboration des milieux de la recherche, de l’industrie et des offices fédéraux. L’indicateur principal qui est délivré est appelé « EcoPoints ». Cet indicateur, sans unités, permet de délivrer un « score » qui sera d’autant plus élevé que le bâtiment évalué présente un impact environnemental significatif.

De ces mêmes flux de matière et d’énergie sont tirés en plus des évaluations partielles : l’énergie grise (valeur totale et part d’énergie renouvelable) ainsi que les émissions de gaz à effet de serre.

Les données tiennent compte d’une part de recyclage à peu près équivalente à celle qui s’applique aux produits actuels. Aujourd’hui, l’élimination se fait par recyclage, incinération ou par mise en décharge.

 

graph_5

graph_6